Saviez-vous que le 5 décembre est la journée mondiale des sols de l’ONU? Si votre réaction est « pourquoi les sols sont-ils si importants, et quel est le rapport avec l’aquaculture », vous êtes au bon endroit! Lisez ce qui suit pour découvrir:

  • Comment une aquaculture responsable peut réduire la pression sur les sols;
  • Des détails sur notre prochain référentiel sur les aliments pour animaux et comment les cultures terrestres y sont intégrées; et
  • Quatre particularités que vous ne saviez peut-être pas sur les sols.

Nous dépendons fortement des sols pour de nombreuses raisons, en particulier lorsqu’il s’agit de produire notre alimentation. Or l’une des pressions sur la santé des sols dans le monde entier vient de notre besoin de produire de plus en plus de produits alimentaires.

L’aquaculture peut contribuer à soulager la terre, en fournissant des protéines saines et de qualité à la population mondiale croissante. Cela dit, elle est aussi tributaire de la préservation de la santé des sols et des cultures qu’ils fournissent. En effet, les aliments utilisés en aquaculture sont souvent composés d’ingrédients provenant de la mer, mais aussi de la terre. Ainsi, pour que l’aquaculture contribue à alléger le fardeau qui pèse sur nos terres, il faut que les aliments qu’elle utilise proviennent de sources responsables.

Si les référentiels de l’ASC comprennent déjà certaines exigences en matière d’aliments pour animaux, notre prochain référentiel à l’attention des fabricants d’alimentation animale sera plus complète. Pour la première fois dans le secteur de l’aquaculture, elle examinera l’impact de tous les ingrédients composant les aliments aquacoles, qu’ils proviennent de la terre ou de la mer.

C’est important, car les cultures terrestres telles que le soja, le blé, le maïs, le riz et le canola représentent une proportion importante de la plupart des aliments utilisés par les fermes aquacoles. Et les impacts environnementaux et sociaux de ces cultures sont au moins aussi importants – sinon plus – que ceux des ingrédients d’origine marine. Or l’une des conséquences de l’agriculture non durable sur les terres est la dégradation des sols, en raison de la déforestation ou de la conversion de terres naturelles en terres agricoles.

Le référentiel ASC à venir sur les aliments aquacoles comprend des exigences relatives aux ingrédients terrestres et marins

Le référentiel ASC à venir sur les aliments aquacoles comprend des exigences relatives aux ingrédients terrestres et marins

Le référentiel relatif aux aliments s’appliquera à toutes les usines produisant des aliments pour les espèces élevées dans des fermes certifiées ASC. Il exigera d’une part que ces usines s’approvisionnent en ingrédients auprès d’exploitations agricoles à faible risque de déforestation illégale. D’autre part, il abordera un certain nombre de questions: transparence sur l’origine, présence d’OGM, émissions de gaz à effet de serre, pour n’en citer que quelques-unes. De plus, pour respecter le référentiel aliment de l’ASC, les usines de production devront mettre en place une chaîne d’approvisionnement exempte de déforestation. Cette exigence est conforme à l’Initiative au Cadre de Responsabilisation (Accountability Framework initiative, AFi).

Bien entendu, le référentiel traitera également des ingrédients d’origine marine comme les farines et huiles de poisson, grâce à un modèle d’amélioration global. Celui-ci exige des fabricants d’aliments qu’ils s’approvisionnent en ingrédients marins auprès de pêcheries démontrant des niveaux croissants de durabilité et, à terme, une certification MSC.

De cette manière, les exploitations aquacoles certifiées ASC réduiront au minimum leur impact non seulement sur les océans, lacs et rivières où elles sont situées, mais aussi sur la terre ferme. Et cela signifie que vous pouvez contribuer à réduire l’impact environnemental et social de votre alimentation en recherchant des produits de la mer certifiés ASC.

Mais à la fin, pourquoi est-il si important de protéger les sols?
Voici quatre faits fascinants qui vous feront peut-être voir les sols sous un jour nouveau.

Les sols captent le carbone

Saviez-vous que près de 80% du carbone des écosystèmes terrestres est stocké dans le sol? Il y a plus de carbone stocké dans le sol que dans l’atmosphère (mais moins que dans les océans).
Le carbone dans le sol est principalement le résultat de la photosynthèse des plantes. Il peut également être perdu de plusieurs façons, notamment par la respiration de ces mêmes plantes. L’interaction de ces facteurs crée un cycle qui détermine la quantité de carbone stockée dans le sol.
Les activités humaines qui entraînent la dégradation des sols modifient ce cycle, en libérant davantage de carbone dans l’atmosphère, ce qui aggrave le réchauffement climatique.

Les sols filtrent l’eau

Vous avez peut-être un filtre à eau de luxe à la maison, mais lorsqu’il s’agit de purifier l’eau, il ne peut pas concurrencer les sols, le plus grand filtre naturel de la planète.
Les sols nettoient notre eau grâce à plusieurs processus: les polluants sont physiquement piégés dans les pores entre les sols, d’autres sont attirés par la légère charge électrique du sol, tandis que d’autres encore sont éliminés par les innombrables micro-organismes qui vivent dans le sol.
Nous ne critiquons pas votre filtre à eau fantaisiste, bien sûr, mais il nous faudrait beaucoup de ces filtres pour faire le travail que les sols font gratuitement.

Les sols stockent l’eau

Ce n’est pas seulement un filtre, c’est aussi un réservoir naturel. Les sols sains, avec beaucoup de contenu organique, peuvent emmagasiner de l’eau, ce qui peut atténuer à la fois les sécheresses et les inondations. Pendant les sécheresses, l’eau stockée dans des sols sains continue à maintenir en vie les cultures dont nous avons besoin. Et pendant les périodes de fortes pluies, les sols retiennent l’eau et l’empêchent de s’écouler dans les rivières et les ruisseaux, où elle peut provoquer des inondations.

Les sols sont un foyer

Et c’est une maison assez peuplée en plus. Un mètre carré de sol sain peut abriter jusqu’à un milliard d’organismes. Ces organismes vont des bactéries et des virus aux minuscules créatures comme les vers plats, en passant par les insectes et même les mammifères, comme les taupes et les blaireaux.
Elles ne sont pas des parasites, loin de là: citons l’exemple du ver de terre, qui décompose la matière organique et aère le sol en le mangeant, et déplace également des matériaux de la surface vers le sous-sol, un processus vital. On estime que les vers de terre retournent l’équivalent de tout le sol de la planète d’une profondeur de 2,5 cm tous les dix ans (et vous pensiez être occupé).
Bien sûr, une activité humaine non durable peut avoir un impact sur ces organismes vitaux, ce qui affecte la qualité du sol dont nous dépendons.

Les vers de terre au travail

Défis et solutions sont interconnectés

La journée mondiale des sols nous rappelle à quel point notre production alimentaire est complexe et interconnectée, et à quel point elle a des répercussions sur d’autres domaines de notre vie, comme le changement climatique. Cela signifie que les solutions doivent également être reliées. C’est pourquoi l’ASC est une organisation collaborative. Comme pour tous nos référentiels, celui relatif aux aliments aquacoles a été élaboré par un groupe d’experts issus d’ONGs, du monde universitaire, de la distribution, et de l’industrie. Il s’agit donc d’une approche large et collaborative de cette question de plus en plus importante.

Pour plus d’informations sur la journée mondiale des sols et pour en savoir plus sur les sols, visitez le site des Nations Unies et de la FAO.

Published on
vendredi, 04 décembre 2020
×
×
Select languageSelect LanguageWählen Sie Ihre SpracheSelecione o idioma言語を選択する选择语言Seleccione su idiomaSelecteer uw taalSelect Language
Confidental Infomation